• jeu. Mai 26th, 2022

La domination Chine/USA en jeu dans la guerre d’Ukraine

ByMelvin Mocin

Mar 22, 2022

L’affaire ukrainienne n’est qu’un épiphénomène historique qui met en lumière le bras de fer hégémonique inéluctable entre les 2 seules vraies puissances : les USA et la Chine. La Chine est la puissance émergente qui défie la puissance installée. C’est l’histoire du monde. Le dialogue entre ces 2 acteurs a lieu, comme le montre l’échange entre Joe Biden et Xi Jinping aujourd’hui.

Un adversaire faible

Les Etats-Unis estiment que la résolution du conflit (tous les conflits finissent par se résoudre) va modifier leur position et par conséquent l’ordre mondial. La puissance émergente est a priori gagnante, car tout changement du statu quo ne peut être qu’à son avantage (sinon, elle se retirera et restera dans le statu quo ante et attendra en renforçant son pouvoir).
Le président américain est objectivement un adversaire faible pour la Chine : il parle sous le coup de l’émotion, et à ce niveau, c’est un défaut qui obstrue l’esprit. (Espérons qu’un conseiller de l’ombre pourra faire l’affaire). Et il parle de représailles contre la Chine avant même d’avoir entendu la position chinoise. C’est absurde parce que c’est absolument contre-productif. Il n’est pas un Périclès qui, avec son alter ego Archidamos, va négocier une paix de 10 ans.

Un point de bascule

Les propos de Biden ont un avantage : ils confirment le soutien de la Chine à la Russie, mais ce soutien est économique et s’inscrit dans une vision à long terme qui n’a rien à voir avec le conflit ukrainien. Il s’agit de l’incorporation de la Russie dans l’espace économique chinois, ce qui représente des avantages considérables pour la Chine à tous les niveaux.
La Chine ne veut pas intervenir militairement auprès de la Russie – si cela devait arriver, il y aurait immédiatement une escalade et cette solution est exclue, car elle est liée à la dissuasion.
Le “discours” de Biden est donc bidon. Nous savons qu’il est destiné à la politique intérieure, mais il peut avoir un écho mondial parce que les États-Unis sont la grande puissance. Il s’agit certainement d’une incohérence de la part de Biden, qui génère des erreurs de calcul.
La certitude du soutien chinois est un “point de basculement” : un point à partir duquel une nouvelle famille de scénarios naît et à partir duquel les autres familles sont abandonnées. Le cas Biden produit une grande incertitude et donne lieu à de nombreux scénarios parasites.

Tirer profit du conflit

Vu de Pékin : Les stratèges chinois ont vraiment du pain sur la planche ! Ils voient l’affaire comme les entomologistes regardent les fourmis s’agiter. La fourmi ” Macron ” leur semble certainement la plus folle (son efficacité est nulle : elle s’agite sans résultat et ne se rend pas compte qu’elle ne peut en avoir).
Le seul objectif de la Chine est de profiter du conflit pour accroître sa puissance. Tous les bons sentiments, toutes les “valeurs” proclamées partout en Occident : ils s’en moquent éperdument car ils n’ont rien à voir avec le sujet.
Par exemple, nos bonnes âmes crient aux crimes de guerre avec Poutine qui serait traduit devant une cour de justice internationale. Au minimum, à la fin du conflit, cette Cour ne devrait plus exister (comme la plupart des organisations qui se prétendent universelles et qu’aujourd’hui une réelle majorité de la Terre conteste).
Nous ne savons rien de l’organisation du monde qui verra le jour, mais ce qui est certain, c’est que cette organisation ne sera pas celle rêvée par Macron, qui ne représente… rien.