Interview| 8è édition de Maracana en Guinée : les organisateurs évoquent les préparatifs

  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La huitième édition de Maracana se tiendra en Guinée au courant du mois de septembre prochain. Les préparatifs de l’organisation vont bon train. Le président de la fédération guinéenne de Maracana, Ibrahima Sory Kéita l’a évoqué et plusieurs autres questions liées aux même sport, dans une interview qu’il a accordée à africasport.info cette semaine dont nous vous proposons.

Bonne lecture !

Monsieur le président comment avez-vous accueilli la désignation de la Guinée par la fima (fédération internationale de Maracana) pour abriter la 8e édition de Maracana ?

Ibrahima Sory Keita : c’est avec beaucoup de joie qu’une discipline qui s’est établie seulement quelques années. Effectivement pour moi qui suis le premier président de cette discipline, je suis dans un état d’excitation extrême, que d’avoir déjà des défis à relever . C’est vrai que c’est une tâche redoutable d’accueillir sur notre sol une compétition aussi relevée. Mais en même temps c’est une formidable opportunité de développement pour notre sport, car cela attirera l’attention de l’ensemble des guinéens. Et donnera certainement un élan qui nous permettra d’atteindre l’objectif premier. C’est-a-dire nous déployer sur l’ensemble du territoire national.

Africasport.info : pour vous qu’est-ce qui a prévalu au choix de la Guinée pour sa désignation en tant que pays hôte pour cette édition ?

Ibrahima Sory Keita : alors plusieurs facteurs. Facteur venant de nous. L’enthousiasme que nous avons démontré en participant très très tôt après notre constitution aux différentes compétitions internationales. Mais aussi facteur venant de la fédération internationale et pays amis, qui ont compati avec l’effort des guinéens pour sortir du fléau d’Ebola (une maladie qui a endeuillé plusieurs familles en Guinée, ndlr) et à notre modeste échelle, nos amis ont voulu nous soutenir en montrant qu’en Guinée on pouvait organiser une compétition internationale et que la Guinée redevenait de facto une destination fréquentable.

Africasport.info : après la désignation, face maintenant à l’organisation. Si ma mémoire est fraîche, c’est au courant du mois de septembre prochain que la compétition se tiendra. Qu’en est-il des préparatifs ?

Ibrahima Sory Keita : il vous souviendra que fin janvier (2019) qu’une délégation de la fédération internationale était arrivée en Guinée pour confirmer avec les autorités guinéennes le choix de la Guinée. En fait l’engagement de la Guinée à organiser cette huitième édition en septembre. De là, avec le ministère des sports, nous avons établi une feuille de route, qui doit passer par la mise en place du COCAN (comité d’organisation de la coupe d’Afrique des nations de Maracana ndlr), l’élaboration d’un budget. Mais le point premier est un point purement administratif. C’est la délégation qui doit être faite par l’État à travers le ministère des sports à notre association pour qu’elle devienne une fédération au sens littérale du terme. Et qu’ainsi qu’elle soit capable d’abriter une telle compétition. Ces préparatifs sont en cours, mais l’un empêchant pas l’autre, les différents aspects sont lancés au même moment. La constitution de la CAN qui est aujourd’hui sous forme d’un projet, l’élaboration d’un budget qui est déjà effectué, la visite des site technique pour laquelle nous avons déjà un rapport de la fédération internationale nous disant les travaux qui restent à faire. Tout ça, a été pris en compte dans l’élaboration du budget, et, l’engagement des autorités au plus haut niveau est aussi acquis. Nous sommes bien partis et le chronogramme est encore largement dans les temps. La prochaine étape sera l’arrivée d’une seconde mission d’évaluation de la fédération internationale dans la deuxième quinzaine d’avril. D’ici là, nous aurons certainement fait nos devoirs de maison, c’est-à-dire, nous aurons à la fois produit l’acte de la délégation (de pouvoir ndlr), nous aurons acté le COCAN, nous aurons engagé le budget.

Africasport.info : connaissant le niveau infrastructurel faible de la Guinée, est-ce que vous avez déjà choisi un site qui doit abriter cette compétition ?

Ibrahima Sory Keita : effectivement ! À la faveur de l’arrivée de la (délégation ndlr) de la fédération internationale, nous avons effectué des visites dans les réceptifs sportifs qui sont susceptibles d’abriter les compétitions de Maracana. Après les visites et à la réception du rapport des techniciens de la fédération internationale, nous avons compris que les deux palais des sports que nous avons, celui qui abrite le handball et celui qui abrite le basket, plus les stades en pleine aire qui existent entre les deux pourraient à la faveur d’un réaménagement, qui aura pour objet essentiellement : les vestiaires, les revêtements, les tribunes pourraient donc être les trois espaces qui pourraient abriter la compétition.

Africasport.info : trois espaces pour combien de pays ?

Ibrahima Sory Keita : une quinzaine de pays sont prévus. Mais il y’a des pays pour la compétition, il y’a des pays qui viennent en observateur parce que le Maracana, c’est vrai qu’on parle de coupe d’Afrique des nations mais des pays qui sont au-delà des frontières africaines viennent aussi non seulement pour participer à la compétition, mais aussi pour découvrir. On leur réaménage aussi des espaces pour faire des matchs amicaux.

Africasport.info : monsieur le président, je présume un peu, le Maracana est une discipline peu connu par le grand public, dites nous comment ça se pratique ?

Ibrahima Sory Keita : une très intéressante question. Le Maracana est un sport de ballon rond qui s’apparente au football. Il se joue donc aux pieds sur une aire de jeu équivalente à une aire de handball. Et la grande différence avec le football, c’est que le Maracana se joue six contre six et l’équipe ne comprend pas de gardien de but. Voilà sa grande différence avec le football. Donc ça donne sa spécificité et disons son unicité.

Africasport.info : après cette compétition, est-ce qu’on peut s’attendre à un championnat local de Maracana pour les adeptes de ce sport en Guinée ?

Ibrahima Sory Keita : absolument ! Non seulement un championnat, mais aussi, vu la facilité de déploiement de ce sport, qui n’a besoin qu’un terrain de handball, il y’en a un peu partout. Il peut même s’accommoder au terrain de basketball. On peut aisément penser à disséminer ce sport à l’intérieur du pays, faire des championnats de ligue régionale et aussi un grand championnat national pour permettre à tout le monde de jouer ce sport sans obliger les équipes à faire de long déplacement régulièrement. Mais dans leur localité faire des championnats et tirer de ces championnats de ligue, un vainqueur, qui pendant une période déterminée viendrait un endroit à un autre selon les années jouer le tournoi final du championnat et aussi ouvrir une coupe nationale, qui, elle serait intégrale et tout le monde jouerait sans distinction de localisation géographique. Nous comptons bien y arriver.

Africasport.info : en tant président de Maracana en Guinée, qu’elle invite avez-vous à faire au public de venir au gymnase de handball au moment venu pour soutenir la huitième édition de Maracana, la première de la Guinée ?

Ibrahima Sory Keita : je sais que les guinéens sont des sportifs nés et qu’ils adorent le ballon. Le Maracana épouse l’affection naturelle que les guinéens ont pour le sport. La preuve est que tous jouent dans les quartiers, sur les petits terrains[…] Tout ça se sont des disciplines associées au Maracana, on appelle ça petit poteau. Nous comptons bien dans l’avenir organiser ces équipes afin qu’elles aient des motivations de titres et qu’elles aient des résultats et des palmarès pour ces gens là qui passent beaucoup de temps sur les terrains à exercer leurs talents, qui sont peu reconnus au-delà de leur propre carré. Donc nous avons bien l’intention d’accueillir tous ses fans de sports, de football, de ballon rond pour pouvoir pratiquer ce que la Guinée sait faire, le beau jeu. Parce que le Maracana est un sport de fairplay et de beau jeu.

Africasport.info : vos mots pour clore .

Ibrahima Sory Keita : je compte sur vous (journalistes ndlr), sur les médias, surtout les amoureux de sports parce que c’est ça qui nous lie en premier. Le Maracana est une nouvelle discipline, nous devons la prendre à bras le corps et c’est en la pratiquant que nous deviendrons de grands champions dans la sous région voire dans le monde. Parce que nous en avons le potentiel. Donc je compte sur vous tous pour préparer avec nous cette compétition, qui est notre compétition phare cette année et qui pourrait permettre à la Guinée de montrer au monde entier qu’elle est capable d’organiser des compétitions majeures. Ce qui nous aiderait dans la perspective, notamment de la préparation de la CAN de football 2025.

Africasport.info : monsieur le président, merci !

Ibrahima Sory Keita : merci à vous aussi !

Propos recueillis par Hamidou BANGOURA pour africasport.info (00224) 628 95 94 04


  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App